2010 – 2015 : Roule Britannia

Le Team SKY est créé en 2010 et dès l’année suivante commence à dominer le peloton professionnel pour écraser le Tour de France en 2012 et 2013. La Grande-Bretagne est sans conteste la nation n°1 du cyclisme mais comment font Brailsford et ses troupes pour produire à répétition des performances sans cesse à la limite des potentialités de l’être humain ?

  • 2010 : Début du Team Sky avec Yates, Sunderland, DeJongh, Possonni, Cioni, Barry dans ses rangs. Tous ces gens ont un passé ou présent entâché par le dopage (http://www.dopeology.org/teams/Team-Sky ). La sœur de David Millar est directrice de la communication du Team SKY. Malgré cela Brailsford énonce ce qu’il voit comme une réalité : « Si tu cherches un directeur sportif ou un gars d’expérience qui ait passé la trentaine et qui connaisse le milieu pro il ait inévitable qu’il ait été confronté au dopage ». Personne n’a pensé à lui donner le numéro de téléphone de Christophe Bassons ?
    Malgré celà la communication de Brailsford et du team SKY tourne autour de 2 concepts: « British project » et « clean cycling »
    La saison débute par quelques succès du Team SKY en Australie puis l’euphorie se calme. Cavendish (HTC) passe mieux les côtes et gagne Milan – San Remo. Wiggins s’empare du maillot rose du Giro lors du prologue puis alors qu’il peut toujours jouer un top 10 au général, il décide de réserver en vue du Tour mais là il se rate, ne trouve pas la bonne carburation et termine 24ème à Paris. Le Team SKY ne gagne aucune étape et influe peut sur le déroulement de la course.
    La 1ère saison du Team SKY est mitigée malgré des victoires de Edval Boasson Hagen, celle de Juan Antonio Flecha qui gagne le Het Nieuwsblaad et la révélation de Geraint Thomas, un bon pistard de 24 ans, qui termine 2ème de l’étape des pavés sur le Tour et porte le maillot blanc pendant une semaine.
    La saison du Team SKY se termine cependant sur un évènement tragique. Lors du Tour d’Espagne 2010, Txema Gonzalez, un soigneur espagnol de l’équipe, agé de 43 ans, décède lors de la première semaine de course. Txema Gonzalez était auparavant soigneur chez Euskaltel Euskadi, au début des années 2000, puis de l’équipe Saunier Duval et il avait été recommandé par David Millar qu’il avait connu lors de son passage dans cette équipe.
    Gonzalez fait un malaise la veille du départ et il est admis à l’hopital de Séville. Il décèdera une semaine plus tard des suite d’une infection bactérienne de son sang lors de son transfert en ambulance vers un autre hopital.
    Pendant le début de cette Vuelta, 5 coureurs sont victimes de fièvres et de troubles digestifs (Flecha, Gerrans, Kennaugh, Swift, Augustyn) causant leur abandon. Des membres de l’encadrements sont aussi atteints des mêmes symptomes. Steve Peters, le médecin en chef de l’équipe, précise que les coureurs et membres du staff ont été atteints d’une infection virale sans doute d’origine alimentaire.
    A part leur simultanéité, aucun lien donc entre ses 2 affaires.
    Touchée par ce décès le Team SKY se retire de cette Vuelta 2010. Brailsford entreprend de mettre en place une action corrective et recrute « un médecin expérimenté capable de prendre soin de la santé d’une équipe de haut niveau pendant un grand tour ». Il s’agit du docteur Belge Geert Leinders, ex médecin de la Rabobank et déjà fortement soupçonné d’avoir encadré le programme de dopage sanguin au sein de cette équipe suite à l’affaire Human Plasma et aux premières révélations de Mikael Rasmussen.
    Brailsford démentira plus tard son argumentaire justifiant le recrutement de Leinders en expliquant qu’il avait surtout cherché à recruter un médecin ayant une grande connaissance du terrain dans le monde du cyclisme pro et connaissant bien les pathologies caractéristiques telles que les indurations à la selle. Et en matière d’induration à la selle Leinders pouvait être considéré comme un expert. Il est regrettable que Brailsford se soit aussi peu intéressé à la rubrique « dopage » il aurait pu deviner que Leinders était aussi un expert en matière de transfusions sanguines.

 

  • 2011 : en plus du docteur Leinders,recrutement  de Knaven, Julich ex-têtes d’affiche de la génération EPO.
    Wiggins gagne le Dauphiné devant Evans et Vinokourov  mais abandonne le Tour sur chute alors qu’il avait des jambes de feu selon l’encadrement du Team Sky. Boasson Hagen sauve l’honneur de l’équipe sur ce Tour en gagnant 2 étapes et en se mêmant à la lutte pour le maillot vert.
    L’année prochaine Mark Cavendish va quitter le Team HTC, qui du fait du retrait de son sponsor et du départ de son leader cesse son activité,  pour rejoindre le Team SKY. L’équipe britannique compte désormais dans ses rangs les 2 stars du cyclisme britannique et, en 2012, visera le maillot jaune avec Wiggins et le maillot vert avec Cavendish.
    L’évènement de cette fin de saison est l’apparition d’une 3ème star dans le paysage cycliste britannique et la révélation miracle de Chris Froome sur la Vuelta. Il termine 2ème du classement général à 13 seconde de Cobo, il fait quasiment jeu égal avec Tony Martin pendant la grande étape contre-la-montre et  gagne l’étape de montagne de Peña Cabarga en développant une puissance estimée de 470 watts sur 17 minutes pour 6,8 W/kg (il n’existe aucune information publique  fiable concernant le poids de Froome), la plus longue de cette Vuelta.
    Explication avancé par l’intéressé pour expliquer son éclosion fulgurante à 26 ans : il est désormais guéri de la bilharziose, un parasite contre lequel il est traité depuis la fin de l’année 2010.
    Cette guérison tombe à pic car Froome était en fin de contrat chez SKY et n’ayant toujours pas reçu de proposition au départ de la Vuelta risquait de pointer au chomage en 2012. Du coup les propositions affluent. A la moitié de la Vuelta, il a une proposition de Sky à 100000£/an.  Après son podium il resigne pour 3 ans chez SKY pour 3,5 million de £ !
    Cette progression incroyable et fulgurante, sans doute la plus surprenante enregistrée au cours des 10 dernières année, illustre la dynamique de  succès désormais en place  dans l’équipe SKY puisque Wiggins termine 3ème de cette Vuelta.
    Alors que certains observateurs se montrent sceptiques sur la performance de Froome, il explique à l’issue de cette Vuelta qu’il a certainement contracté sa Bilharziose au cours de l’intersaison 2009/2010 ce qui expliquait son manque de résultat chez SKY. A 1,5 millions d’€uros la saison cette bilharziose a causé un gros manque à gagner pour Froome.  Il subsiste un léger problème: Froome n’avait pas non plus beaucoup de résultats lorsque qu’il courait chez Barloworld jusqu’en 2009.Cavendish devient champion du monde sur route après une course de 260km, controlée de bout en bout par une équipe britannique, ultra-dominatrice dans laquelle Wiggins et Froome, qui ont conservé un peu de fraicheur après leur tour d’Espagne, ont roulé près de 100km en tête de peloton. Les 260km du parcours, certes peu accidentés, sont couverts à 45,8 km/h.
    Cavendish ayant signé avec le Team SKY le champion du monde roulera sour couleurs britanniques en  2012 . C’est l’italien Dario
    Cioni qui sera chargé des relations publiques pour SKY après l’annonce la fin de sa carrière.

 

  • 2012 : 1ère victoire anglaise dans le Tour de France
    Pour la 1ere fois un British gagne le Tour de France. Domination sans partage du Team SKY qui adopte les stratégies de courses qui pourraient être élaborées par Bruyneel du temps de l’US Postal. Wiggins gagne le Tour. Froome termine 2ème. Cavendish un peu frustré de ne pas avoir enlevé le maillot vert gagne seulement 3 étapes.
    Suite à l’enquête de l’USADA accusant l’accusant avec Armstrong de dopage organisé, Buyneel se cache. Armstrong avouera. Bruyneel se cache toujours.
    Derrière la Chine et les USA, la Grande-Bretagne est la 3ème puissance mondiale … d’après le tableau des médailles  des JO de Londres. Le cyclisme améliore son score de Pékin avec 12 médailles dont 8 en or. La nation a de nouveaux héros à fêter en plus de Bradley Wiggo et Hoy. Il s’agit de Jason Kenny et Vicky Pendleton.
    Peter Keen a démissionné juste avant les JO en évoquant la pression et occupe un poste de consultant auprès du ministre des sports
    Les pistards français, jaloux, se plaignent d’irrégularités et évoquent le dopage à mots couverts. Brailsford parle de suprématie technologique et explique à l’Equipe qu’ils ont utilisés des roues parfaitement rondes. Le fait de ridiculiser les français le rend extrèmement populaire en GB. Il est élu manager de l’année et annobli dans la foulée.
    Wiggo le mod devient Sir Bradley Wiggins pour services rendus à la nation.

 

  • 2013 : une année exceptionnelle
    Chris Froome fait une démonstration de force sur la 1ère moitié du Tour dans les ascencions d’Ax 3 Domaines, du Ventoux, sur le CLM du Mont St Michel et aussi sur l’étape de Pau pendant laquelle il répond seul aux attaques de ses adversaires pendant 100km.
    Bizarrement les médias, surtout les français,
     lui posent beaucoup de  question sur le dopage. Brailsford s’énerve et ne comprend pas qu’on doute des performances de son équipe et pourquoi il est si impopulaire auprès des médias français. Pour les aider à mieux communiquer, Alastair Campbell, un ancien spin-doctor de Tony Blair maitre dans l’art de convaincre, vient donner un coup de main et débarque sur le Tour de France. Brailsford explique qu’il fait ça parce que c’est son pote.
    Afin de calmer les esprits Brailsford envoie les données des capteurs de puissance de Froome, lors des courses importantes depuis fin 2011 à l’Equipe qui les transmets à Fred Grappe. Ce dernier conclut à un niveau de performance +++  « aux limites de ce qu’il est possible d’envisager pour un coureur cycliste propre ». Cela confirme ce qu’on observait depuis 2 ans. Froome est le meilleur coureur du monde en montagne au cours de ces 2 dernières années. Par contre certains journalistes demandent les mêmes données datant d’avant septembre 2011 ainsi que les relevés de VO2 max. Brailsford rejette leur demande et leur explique que l’ultra-scientifique SKY ne calcule pas les VO2max. Si tel est réellement le cas le VO2max devriendrait une donnée démodée.
    Afin d’apporter plus de transparence dans le fonctionnement du team SKY, Brailsford avait invité le journaliste irlandais David Walsh, pourfendeur d’Armstrong, à partager plusieurs stages de l’équipe en cours de saison. Walsh avait conclu avant le Tour  que SKY était clean. Le fait que Walsh travaille en Angleterre en tant que salarié pour le Sunday Times Ruppert Murdock apporte peu de crédibilité à cet avis supposé « indépendant ».
    Au rayon des faits divers début 2013, 4 coureurs controlés positifs au GW1516 chez Rusvelo. Quel rapport avec la Grande-Bretagne ? L’ex cycliste Est-allemand Heiko Salzwedel, désormais entraineur des pistards britanniques, qui a quitté le poste de manager de Rusvelo en 2012, explique qu’il n’y est pour rien et que le nouveau management russe est responsable.
    L’UKAD fonctionne depuis une vingtaine d’années. Elle « attrape » quelques joueurs de rugby et des haltérophiles pour consommation de stimulants mais n’a controlé positif aucun cycliste de l’élite britannique depuis sa création. Ils travaillent avec le laboratoire universitaire du King’s College de Londres, financé par le gouvernement et seul labo accrédité AMA en Grande-Bretagne. UKAD un très beau site web.
    Brain Cookson président de UK Cycling se présente à la présidence de UK Cycling pour remplacer l’irlandais Pat Mc Quaid, soupçonné de corruption et de mauvaise foi, bref un Irlandais quoi !  Si Cookson atteignait cet objectif il dirigerait de fait le programme anti-dopage de l’UCI chargé de contrôler, à l’international, les performances de Froome et de ses lads.
    En fin de saison on apprend que Chris Froome, domicilié à Monaco, utilise les services d’un mécanicien Philippe Maire, plus connu sous le pseudo de Motoman. Motoman doit son surnom pour avoir ravitaillé sur sa bécane Armstrong et l’US Postal pendant le Tour de France 1999. Il avait été mis en relation avec Froome (et son pote Australien Richie Porte, membre de la SKY) par Sean Yates, ex-coéquipier et voisin d’Armstrong à Nice.
    On apprend aussi que Chris Froome est désormais guéri de sa Bilharziose car il ne faut pas l’oublier le vainqueur du Tour a réalisé ces performances impressionnantes alors qu’il était toujours porteur d’un parasite en sommeil. Il explique d’ailleurs que ce parasite était probablement déjà présent dans son organisme depuis 5 ou 6 ans au moment où il a été décelé en 2010. Cela aurait bousillé tout son début de carrière professionnel et explique sa révélation sur le tard. A 1,5 millions d’€ la saison cela pourrait lui laisser des regrets.
    Mais non aucun regret, Chris, la star incontestée du cyclisme britannique, se projette vers le futur et ambitionne de gagner 5 Tours de France. La Grande-Bretagne nouvelle puissance mondiale du cyclisme pro. Cavendish explique qu’il compte devenir le recordman absolu des victoires d’étapes sur le Tour de France
    Wiggins de son coté est adoubé par la reine et envisage de gagner Paris-Roubaix l’an prochain.Après plusieurs mois d’une campagne électorale violente contre le président sortant, l’Irlandais Pat Mc Quaid- un admirateur de Lance Armstrong, Brian Cookson, président de Bristish Cycling, est élu à la tête de l’UCI fin septembre 2014.
    Son programme est axé sur la transparence, la lutte antidopage et l’innovation technologique, qui sont les point forts de la fédération britannique.
    Aussitôt Cookson nomme comme directeur général de l’UCI, Martin Gibbs, son directeur juridique à la BCF.

 

  • 2014 : l’UCI façon British Cycling
    Sur le plan sportif l’année 2014 est à oublier pour le Team SKY avec « seulement » 26 victoires la faute aux gamelles de Froome sur le Dauphiné et le Tour de France.
    Au rayon des performances marquantes : victoire de Wiggins qui détrône Tony Martin aux championnats du monde clm et des envolées supersoniques de Froome dans des cols à Oman, en Romandie et au Dauphiné.
    En 2014 Froome va défrayer la chronique avec ses habitudes médicamenteuses.
    Souffrant d’une infection pulmonaire il se fait prescrire un corticoïde  (Prednisolone) par son docteur monégasque le Dr Stéphane Bermon. Le Dr Zorzoli de l’UCI, dont le nom est souvent cité dans les affaires de dopage Armstrong et Rasmussen, lui délivre une AUT express sans appliquer la procédure. Froome gagne facilement ce Tour de Romandie en s’échappant en montagne. On apprend aussi que le Dr Bermon est également le médecin d’Andrei Kashechkin, coureur kazakh tombé pour dopage, et membre de la commission anti-dopage de l’IAAF.
    Un mois plus tard au Dauphiné, il est filmé en train de se pulvériser du salbutamol avec un inhalateur, à titre préventif, juste avant une arrivée au sommet. Comme en Romandie, Froome l’emporte en écoeurant cette fois Contador. On apprend à cette occasion que Froome est asthmatique, détail jamais mentionné dans ses biographies
    Le team SKY est secoué par quelques affaires de « paramètres sanguins anormaux » en 2014, qu’il s’agisse de ceux de Sergio Henao, suspendu en interne pendant 3 mois, ou ceux de John Tiernan-Locke, averti par l’UCI à cause de son passport danguin aux alllures de montagnes russes.
    Il ne s’agit bien sur pas d’affaires de dopage.
    Des rumeurs circulent sur le fait que SKY utiliserait des traitement aux gaz rares (Argon ou Xenon), des Ketones (compléments alimentaires hyper-énergétiques) ou encore abuserait du tramadol (un pouissant anti-douleur).
    Là aussi il ne s’agit pas de produit dopants car non interdits.
  • Martin Gibbs entreprend sa restructuration de l’UCI et en début d’année il nomme à la tête de la commission matériel de l’UCI, le Grec Dimitri Katsanis, ancien collaborateur des cycles Chris Boardman et responsable du matériel des pistards GB lors des JO de 2012.
    Katsanis lance son 1er chantier hautement prioritaire : la réforme du programme d’homologation des roues (?). Chaque constructeur testera lui-même ses roues et les résultats seront envoyés à l’UCI qui décidera. Les constructeurs, favorables à cette démarche, demandent, en contrepartie, d’introduire des freins à disque.Une fondation antidopage indépendante de l’UCI (CADF) est créée en fin d’année. Elle est présidée par Francesca Rossi, ancienne directrice de l’anti-dopage sous Pat Mc Quaid.Le nouveau problème de fraude auquel est confronté est le dopage mécanique à mesure que les rumeurs de fraude se font de plus en plus insistante, en particulier concernant le Team SKY.
  • 2015 : comme un bruit de moteur
    En 2015 le Team SKY reprend sa marche en avant : 51 victoires dont un nouveau Tour de France pour Froome. Le spécialiste des classiques Geraint Thomas gagne le GP E3 et échoue d’un rien en montagne sur le Tour de Suisse. La victoire la plus sympa est celle du coéquipier Bielorusse Kyrienka qui succède à Wiggins comme champion du Monde du contre-la-montre.
    Wiggins lui n’est plus chez SKY, enfin presque. Il a créé son équipe « Team Wiggins » avec l’aide de la fédération pour révéler de jeunes coureurs et pour préparer sa tentative de record de l’heure.
    Mission accomplie au mois de juin puisqu’il parcourt 54,526km. Bradley, un peu déçu de ne pas avoir atteint les 55km, pique le record à un autre Britannique, Alex Dowsett (Movistar) qui avait roulé 1,5km/h plus lentement ! L’explication tient dans le matériel plus performant et dans le physique exceptionnel du vainqueur du Tour 2012.Froome a réussi des performances de haute volée dans les cols en 2015, comme chaque année depuis la Vuelta 2011. Comme tous les ans c’est pendant le Tour de France que la démonstration de force est la plus impressionnante. Après avoir maitrisé les bordures en Hollande, attaqué sur les pavés du nord, Froome gagne le Tour lors de la 10ème étape à la Pierre St Martin.
    Les rumeurs de dopage mécanique enflent dans les médias surtout en France.
    2 jours après la démonstration de son leader, David Brailsford accuse un spectateur français d’avoir jeté un gobelet d’urine sur Froome. Il accuse les médias d’avoir créé un climat de haine envers son équipe ce qui a entrainé ce geste, dont personne en dehors du Team SKY n’a été témoin.Les rumeurs de dopages mécaniques étayées par le fait qu’un envoi anonyme des fichiers SRM lors de l’ascencion du Ventoux 2013 et d’une ascencion lors de la Vuelta 2014 a eu lieu fin 2014. On s’aperçoit que le rythme cardiaque de Froome ne dépasse jamais 160bpm, même pendant des attaques violentes, ce qui fait dire au Dr Ferrari qu’ « il ne voit d’explication physiologique à ce phénomène hormis le fait que Froome aurait pu développer un système respiratoire secondaire comparable à celui de l’antilope pronghorn ».
    Une autre hypothèse voudrait qu’un moteur située dans la roue arrière du vélo soit activé dès que le rythme cardique de Froome atteint un certain seuil (160bpm par exemple).On ne sait pas toutefois si ces fichiers SRM sont authentiques. Quelques jours après leur diffusion sur le net Brailsford annonce qu’il va porter plainte pour vol de données informatiques. Une annonce qui ne sera pas suivie d’effet. S’il avait porté plainte nous aurions eu la confirmation qu’ils étaient vrais.Pour torder le cou à cette rumeur Froome va faire des tests dans un laboratoire de son choix GSK à Londres 3 semaines après la fin du Tour. Les résultats seront analysés par Jeroen Swart un ami Sud-Africain et une synthèse publiée 3 mois après ! (le rapport de tests sera publié 1an après).
    Les résultats montrent montrent des valeurs assez élevées en terme de puissance développée et de VO2max mais surtout un poids de 70,5kg pour un ratio de masse graisseuse de 9,5%. Un peu grassouillet pour un coureur qui vient de fini le Tour à 66-67kg 3 semaines auparavant.
    Swart cite des test réalisés sur Froome en 2007 où il était pesé à 75,6kg et 16,7% de masse graisseuse. Dodu le Chris.
    L’explication de l’éclosion tardive de Chris est fournie par Swart « Il a perdu sa graisse ».
    C’était tout simple. Et un peu différent d’Armstrong qui lui avait juste des muscles inutiles.
  • Pour contrer le problème l’UCI s’organise, Martin Gibbs, nomme un ancien coach de BCF et responsable du triathlon britannique aux JO de Londres 2012 (or et bronze) dénommé Mark Barfield.
    Barfield met en place un système de détection de moteurs sur iPad, développé par une start-up britannique appartenant à une de ses connaissances. Il teste son système sur les vélos électrique Typhoon développés par Harry Gibbings, le meilleur ami de David Millar.
    C’est ce qu’on peut appeler un développement « entre amis » pour une grande fédération internationale.

Un nouvel Everest s’annonce pour 2016 année Olympique http://1brevehistoireducyclismegb.unblog.fr/2016-en-piste-pour-rio-full-speed/

Nba815 |
Les Gazelles du Nord |
Kaagauwogyn |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lebodyunartdevie
| Colorado Country 51
| Sportsfr2014